Portrait de nos producteurs partenaires

Chez àdemain!, on est convaincu que les terroirs n'auraient plus aucune différences sans le travail humain. Ce sont les gestes de nos agricultrices et agriculteurs, leurs savoirs faire, et l'amour qu'ils ont pour leur terre qui font la qualité de leurs produits.
On est fiers et heureux de vous les présenter ici !

Julien Meglia du GAEC Lhopelia

GAEC Lhopelia

Julien Meglia & Arnaud Lhopital

L’obsession du détail, c’est ce qui guide les meilleurs. C’est pour cela qu’afin de garantir une qualité de viande, Julien et Arnaud ont décidé de maîtriser l’intégralité de la chaîne.

Ils ont donc réservé une grande parcelle à la culture des céréales qui constituent aujourd’hui la quasi-totalité de l’alimentation du cheptel. Mais vu que les meilleurs ne se contentent pas du bien, mais bien du meilleur, ils ont également construit un abattoir directement sur leur exploitation, leur permettant de garantir un strict respect des normes sanitaires et de l’éthique, car Julien Meglia et Arnaud Lhopital ne se moquent pas de la charité.

La preuve qu’ils connaissent bien les poulets, lapins, bœufs, et œufs qui grandissent dans leurs 40 hectares, c’est que Julien a également suivi une formation de cuisinier pour pouvoir s’occuper d’eux à la fois avant et après leur passage à l’abattoir. Ce qui pourrait expliquerait leur succès dans les marchés et épiceries de la région...

Adrien Bouneau de la Ferme De L'Hermitage

Ferme de l’Hermitage

Adrien Bouneau

Ce qu’Adrien a en commun avec nous, autre que son amour des rigottes, c’est sa volonté de travailler en circuit court pour le bien-être des consommateurs.

Ce pro de la chèvre pense, et nous sommes bien d’accord, que vous méritez du biologique. C’est donc le cas de ses 80 chèvres depuis 2010, date à laquelle sa ferme a reçu la certification Ecocert.

L’intégralité de son lait de chèvre finit en fromage et toutes sortes de yaourts, ce qui restera dans l’esprit de beaucoup l’héritage de l’Hermitage. Ne serait-ce que pour son approche, critique du système agricole actuel et favorable aux consommateurs, il nous tenait à cœur de vous les faire découvrir, lui et ses chèvres.

Nadine et Nicolas Fanjat de la Ferme Du Soleil Levant

Ferme Du Soleil Levant

Nadine & Nicolas Fanjat

Pouvoir pâturer sur les 40 hectares dont disposent Nadine et Nicolas, ça rend les animaux heureux. Ils le sont d’autant plus qu’ils sont nourris avec une grande diversité de plantes, de mélanges de céréales et de protéagineux cultivés sur le reste de la ferme.

D’ailleurs, la centaine de brebis qui peuple leur terrain les en remercient chaque jour, en leur offrant ce lait gorgé de Soleil et de grand air.

Pour aller au bout de la démarche, c’est finalement sans surprise que la ferme s’inscrit dans le plus strict respect du cahier des charges de l’agriculture biologique, dont elle détient le label pour l’intégralité de ses produits. Dans de pareilles conditions, grandir face au Soleil Levant avec une vue sur les Monts du Lyonnais et au loin sur les Alpes, ça nous rendrait tous heureux !

Michel Chipier du GAEC La Ferme Des Prés Fleuris

GAEC La Ferme Des Prés Fleuris

Chantal & Michel Chipier

35 hectares, selon Chantal et Michel Chipier, c’est le terrain idéal pour élever autant de porcs et de vaches de race Aubrac. Ils y cultivent des céréales pour nourrir leur cheptel, qu’ils complètent avec du tourteau tracé sans OGM.

Ajoutez à cela leur proscription de toute alimentation intensive ou condition de vie inconfortable pour leur bétail, et vous comprendrez pourquoi on aime tant leur viande !

Grâce au laboratoire sur leur exploitation, ils réalisent eux même la production de saucissons et autres délicieuses cochonneries à partir de la carcasse, et en ajoutant parfois sel, poivre, sucre, ou encore échalotes, ail et oignons frais. Personnellement, on est content de pouvoir se gaver de leurs produits !

Cyrille Poncet des Cabrioles Fermières

Les Cabrioles Fermières

Stéphanie & Cyrille Poncet

C’est pour pouvoir vous offrir du fromage toute l’année que Les Cabrioles Fermières ont décidé de séparer en deux leurs 180 chèvres laitières de race Saanen et Alpine.

Ainsi, le premier lot produit du lait de Mars à Décembre, et le second prend le relais de Septembre à Juin sur un cycle “désaisonné”. Pour ce faire, Stéphanie et Cyrille ont recours à quelques lumineuses pirouettes : il leur suffit de créer des jours plus long l'hiver grâce à de la lumière artificielle ! Brillant, n’est-ce pas ?

Et puisqu’ils ont plus d’un tour dans leur sac, ils élèvent également des porcs nourris de petit lait et de céréales produites directement sur l’exploitation, ainsi que des bovins dont la viande tendre et savoureuse est garantie sans conservateur ni OGM. OMG ! Le clou du spectacle n’est autre que la fromagerie, construite en 2013 sur leur exploitation, et évidemment conformes aux normes sanitaires !

Marie-Bernadette Coquard

Marie-Bernadette Coquard

Pour Marie-Bernadette, ses bêtes ne méritent rien de moins que ce qu’il y a de mieux. Sur ses 35 hectares, 6 sont dédiés à les nourrir, avec du blé, des petits pois, de l’orge et du triticale.

Les 29 autres sont là pour les laisser courir librement. Ça se ressent dans la qualité de ses agneaux qui, après 6 mois et 45 kg de bonheur, prennent la route de Saint-Romain de Popey pour y être abattues dans un soucis constant de limiter toute souffrance animale.

Le traitement des canards de race barbarie blanc n’a rien de barbare non plus ! Ils vivent 3 mois aussi délicieux qu’eux-mêmes dans un tunnel ouvert sur des parcs enherbés. C’est donc sans surprise que leur viande est à ce point réputée !

« La terre c'est comme l'amour,
elle exige une relation humaine,
d'individu à individu.
 »

Alice Parizeau dans Les lilas fleurissent à Varsovie
Famille Piegay

Famille Piegay

Brigitte, Magalie, Nicolas & Daniel Piegay

Chez les Piegay, on a bien compris qu’on était toujours plus fort en jouant collectif. Les parents Brigitte & Daniel s’occupent de la fromagerie.

La fille, Magalie, produit des glaces artisanales. Et le fils, Nicolas, s’occupe des 60 bovins et hectares, et depuis quelques temps de la cultures de champignons !

Ici comme en Inde, la vache est sacrée. Leurs 40 vaches laitières et 20 génisses sont choyées de génération en génération depuis 50 ans ! Autant d’années qui fondent l’expertise de la famille dans la fabrication de fromages. Cela ne les empêche pourtant pas d’innover, notamment avec la décision de Magalie de se lancer dans la conception de sorbets et de glaces artisanales, qu’elle a déjà décliné en plus de 50 parfums. La vache !

Stéphanie Perricard de l'EARL Des Lauriers

EARL des Lauriers

Stéphanie & Sébastien Perricard

Chez les Perricard, aucun détail n’est trop petit et rien n’est laissé au hasard. Sur leurs 5.08 hectares, chaque parcelle a son utilité.

Pour choyer le sol autant que les produits, l’irrigation se fait au goutte à goutte et par micro aspersion, et l’utilisation d’engrais chimiques et de pesticides n’est faite qu’en dernier recours. Les Perricards défendent fièrement leurs 24 variétés de cerises en ayant comme première obsession quotidienne la qualité de celles-ci. Cela se traduit par une récolte des fruits et légumes seulement lorsque ceux-ci sont à maturité, et par une préférence pour les variétés les plus adaptées au terroir local.

Comme nous, Stéphanie et Sébastien ont fait le choix des circuits courts, et d’une agriculture durable, basée sur le respect de l’environnement. Poussant la démarche à son extrême et afin de réduire le nombre de déchets, ils ont décidé de se passer d’emballages pour commercialiser leurs produits. De notre côté en tout cas, ça nous a emballé !

Sandrine Murat de la Chèvrerie De La Joanna

Chèvrerie De La Joanna

Sandrine Murat

La grande ligne de conduite de Sandrine c’est d’arriver à concilier respect d’un savoir-faire paysan et normes sanitaires européennes, ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Faire du chèvre miel comme elle le fait non plus ! C’est le fruit de ce qu’elle a offert à ses chèvres, c’est-à-dire 13 hectares, du foin, de l’orge et de la paille. Un véritable festin, comparable à tous les produits qu’elle vous propose !

Afin de ne pas les rendre chèvre, Sandrine accorde, vous l’aurez compris, le plus grand respect au bien-être de l’animal, ainsi qu’à l’aspect saisonnier de son cycle naturel. Elle les fait rentrer en hiver, mais les laisse gambader le reste du temps. On sympathise.

Patrice Noel du GAEC Les Jardins De Chantemerle

GAEC Les Jardins De Chantemerle

Patrice Noel & Sylvain Raymond

Copains d’enfance depuis la maternelle à Ternay, Sylvain Raymond et Patrice Noel ont réalisé leur rêve de gosse de monter, ensemble, les jardins de Chantemerle en 2006.

Aujourd’hui, après onze années de dur labeur, ils utilisent leurs nombreux hectares à (très) bon escient. En effet, ils cultivent des fruits et des céréales, et disposent d’une palette de légumes impressionnante.

Leur terrain fièrement défendu leur permet de proposer des produits excellents à un prix défiant toute concurrence : aubergines, blettes, radis long, persil et salades en tous genres ne sont qu’une fraction du catalogue impressionnant du GAEC. Lorsque l’on goûte aux produits de Sylvain et Patrice, c’est Noël avant l’heure !

Eric Dargent et Bérengère Duval de La Petite Ferme Du Grand Lyon

La Petite Ferme Du Grand Lyon

Bérengère Duval

Bérengère l’a bien compris, pour réussir, il faut innover. Elle pratique en effet une forme d’agriculture aussi révolutionnaire que décoiffante : l’hydroponie verticale.

Cette technique brevetée nous vient tout droit d’outre-Atlantique et permet d’économiser environ 70% d’eau par rapport à des méthodes d’agriculture traditionnelles, en organisant les plantes les unes sous les autres dans des sortes de tours. Bérengère s’emploie donc à cultiver de nombreuses variétés de légumes feuille, de jeunes pousses et d’aromates. Elle propose une gamme à la fois classique avec plusieurs basilic, des menthes ou de l’aneth, mais s’essaye également à des variétés plus ambitieuses comme ses fameux “épinards fraise” qui vont vous élever vers des sommets culinaires !

Vu que cette forme d’agriculture exploite à merveille le moindre espace, Bérengère n’a besoin que de 320m² pour explorer, innover et expérimenter. Elle n’utilise pas de terre ou de substrat, mais uniquement de l’eau dans laquelle elle dilue les engrais biologiques. Pour ce qui est de chasser les pucerons et autres indésirables, elle privilégie le savon noir (biologique, ça va sans dire) ou les fameux ‘auxiliaires de culture’ aux pesticides.

Michèle Foucrier du GAEC Foucrier

GAEC Foucrier

Michèle & Laurent Foucrier

Après leurs enfants, Laurent et Michel s’occupent des autres fruits de leur labeur : pommes, fraises, abricots, kiwis, mirabelles, cerises...

Ils les vendent prioritairement en circuit court et favorisent les circuits locaux ! Voilà une démarche qui nous tient évidemment à coeur. Cette famille gère ses 35 hectares d’une main de maître et respecte scrupuleusement les cycles des saisons. Ils ne cherchent donc pas à faire pousser des abricots en hiver, mais privilégient toujours le goût du fruit et celui du travail bien fait. Et puis, au fond, changer au rythme des saisons implique qu’ils aient toujours de nouveaux fruits à vous proposer !

Michèle et Laurent pratiquent une agriculture raisonnée, ce qui veut dire que les interventions sont faites par rapport à des seuils ou des observations et sont enregistrées, limitant ainsi l’usage des produits phytosanitaires.

Joëlle Larochette et Frédéric Riche de La Rosée Verte

La Rosée Verte

Frédéric Riche & Joëlle Larochette

Frédéric et Joëlle ont hérité d’un savoir-faire familial qui dure depuis plus de 60 ans. Ils sont la troisième génération (et probablement pas la dernière) à travailler ces 50 hectares, ce qui explique leur expérience considérable du métier.

Ils pratiquent depuis plus 15 ans désormais, une agriculture raisonnée, en mettant notamment des auxiliaires de culture pour lutter contre les nuisibles qui envahissent parfois leurs serres.

Leur gamme de légumes est aussi riche que savoureuse, car ils choisissent leurs variétés autant pour leur résistance aux insectes et aux maladies que pour leurs qualités gustatives. Ces bijoux sont récoltés à maturité, et commercialisé dans les 48h pour assurer leur fraîcheur. On approuve.

Julie Curtet de La Crèmerie de Lili

La Crèmerie de Lili

Julie Curtet

Julie (dite “Lili” pour ceux qui ont déjà eu le bonheur de la rencontrer) s’occupe bien de ses vaches, qui à leur tour s’occupent bien de leur lait.

Le même lait qui, à travers ses fromages et ses yaourts, s’occupera bien de vos papilles, ce qui est finalement notre priorité. Être soigneuse, pour Julie, passe avant tout par la pratique d’une agriculture paysanne, et donc durable.

Elle nourrit ses vaches avec du trèfle à un stade précoce, en fleurs ouvertes et en boutons, afin qu’elles aient une grande valeur énergétique dans leurs rations. Il va sans dire que ses produits sont biologiques...

Sylvain Dupont de la SARL Dupont Fruits

Dupont Fruits

Sylvain Dupont

Monsieur Dupont n’est pas monsieur tout le monde lorsqu’il s’agit de s’occuper de fruits.

Sylvain sait bien que ses pommes ne sont que les fruits de ses 25 hectares et de son travail acharné. Pas de doute, ses pommes Golden mériteraient bien une médaille d’or !

Il concocte avec ses fruits de somptueux jus, avec sur le podium son cocktail pomme-fraise, son nectar de pêche jaune, et enfin son cocktail pomme-framboise. Mais Monsieur Dupont n’en fait pas qu’à sa pomme puisque les fruits qu’il propose changent au rythme des saisons. Ne vous inquiétez pas, on vous tiens au jus...

Paul Va

Paul Va

L’agriculture de Paul va vous transporter dans un rêve asiatique, où il existe autant de variétés de basilic (thaï, pourpre, grand vert, citron...) que votre subconscient peut en inventer.

Il cherche tellement à chouchouter ses produits qu’il a installé des ruches sur son exploitation pour polliniser les légumes qui en ont besoin ! Originaire du Laos, il connaît tout sur ses produits asiatiques aussi bien que malgaches ou africains.

Paul Va sait comment les cuisiner, les préparer, quand les cueillir et où les planter. Très ouvert à la discussion si vous le croisez au marché de Vaulx-en-Velin, il pourrait par exemple vous dire que le liseron d’eau est une sorte d’épinard asiatique doux, à faire sauter ou à manger cru. Ou encore que les Brèdes mafanes sont des petits légumes verts traditionnels malgaches que l’ont fait souvent cuire à la poêle et que l’on mélange avec du riz. Même après sept ans d’agriculture, Paul varie toujours ses cultures au rythme des saisons et de ses envies, pour proposer des produits qui nous transmettent le goût du voyage.